NANOMATERIAUX

Les nanotechnologies et nanomatériaux apportent des solutions à de nombreuses problématiques d’ordre mondial telles que la production d'énergie durable, la santé et l'approvisionnement en eau.
Cependant, des interrogations demeurent auprès de la population quant à la sécurité de ces matériaux.

Pourtant, les nanomatériaux sont identiques aux autres substances chimiques. Certains sont toxiques, d'autres pas, raison pour laquelle, ils doivent être analysés et enregistrés en respectant dans le cadre de la législation REACH.

La Belgique impose quant à elle un enregistrement supplémentaire des nanomatériaux (matières nanoparticulaires et mélanges qui contiennent ces matières) mis sur le marché.

Les sociétés qui enregistrent ces produits doivent obligatoirement fournir le numéro d'enregistrement à leurs clients professionnels. Leurs travailleurs doivent également en être informés via le  Comité de prévention et de protection au travail.

Vous trouverez plus d'informations sur le sujet sur le site www.nanoregistration.be ainsi que sur l'extranet d'essenscia (accès réservé aux membres).

Selon essenscia, ce besoin de transparence nécessite plutôt une approche européenne, afin d'éviter des problèmes d'interprétation entre les Etats membres ainsi que des distorsions de marché.

Dans le cadre de l'essenscia "Chair Safety Engineering" à la KU Leuven, un étudiant a réalisé une checklist électronique qui permet réaliser une analyse de risques des nanomatériaux sur le lieu de travail.

Cette liste se base sur une méthode de contrôle par classe (control banding) et en fonction de l’évaluation des risques propose une série de mesures de prévention et de gestion des risques.

Vous pouvez obtenir gratuitement cette liste (disponible en néerlandais uniquement) via ce lien.

RETOUR A LA THEMATIQUE "REACH, CLP & POLITIQUE PRODUITS"