La chimie et les sciences de la vie montrent la voie de l’économie circulaire

5e rapport de développement durable sous le signe de l’innovation et des Objectifs de développement durable des Nations Unies
 
Bruxelles, 12 octobre 2017 - L'innovation est la clé d'une transition réussie vers une économie circulaire et la résolution du défi climatique. Continuer à innover est également la voie la plus sûre pour assurer la compétitivité de la chimie et des sciences de la vie en Belgique. Tel est le message clé de la cinquième édition du rapport de développement durable que la fédération sectorielle essenscia a présenté aujourd'hui en présence de la ministre du Développement durable, Marie Christine Marghem. La chimie, les matières plastiques, la pharmacie et les biotechnologies belges s’engagent pleinement dans l’atteinte des Objectifs mondiaux de développement durable des Nations Unies. Néanmoins, une étude de l'Université Catholique de Louvain (UCL) souligne que le secteur doit communiquer encore plus clairement sur ses efforts en termes de durabilité.
 
Le nouveau rapport de durabilité publié en ligne sur www.essensciaforsustainability.be illustre par le biais de plus de 40 indicateurs et d'une centaine d'exemples, les progrès continus réalisés par le secteur dans les trois domaines clés du développement durable: People, Planet et Prosperity. Le volet Products démontre que la chimie et les sciences de la vie développent une multitude de produits et de technologies innovants qui apportent des solutions durables aux grands défis sociétaux. Le rapport relie pour la première fois chacun des indicateurs et initiatives à un ou plusieurs objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies.

People: plus de femmes que d’hommes en R&D
Pour la première fois, il y a plus de femmes chercheuses (51%) que d’hommes qui travaillent dans le secteur. Par ailleurs, un quart des chercheurs en Belgique travaillent dans la chimie et les sciences de la vie, ce qui représente 10.000 personnes, soit 1 personne sur 9, qui participe à l’innovation au quotidien.

Planet: production doublée, émissions diminuées de moitié
La chimie et les sciences de la vie continuent à croître économiquement mais en réduisant considérablement leur impact environnemental. Les émissions de gaz à effet de serre par tonne produite ont ainsi diminué de 82% au cours de ces 25 dernières années et l'efficacité énergétique s'est améliorée de 62%. Depuis 2001, certaines émissions ont été réduites de moitié, tandis que la production dans la même période a doublé. De plus, l'utilisation d'eau de qualité a également diminué d'un cinquième en l’espace de 10 ans.

Prosperity: presqu’une nouvelle invention par jour
Le secteur est l'une des plus importantes industries en Belgique. Il représente un tiers des exportations, un tiers de la valeur ajoutée, un tiers de tous les investissements industriels et deux tiers de toutes les dépenses industrielles en R&D. Les investissements en recherche et développement ont augmenté de 65% en dix ans, ce qui se traduit par près d’un brevet, soit une invention, par jour.

« Ce rapport démontre à nouveau que le développement durable est dans l'ADN de la chimie et des sciences de la vie », déclare Yves Verschueren, administrateur délégué d’essensica. « Les entreprises produisent non seulement de manière plus durable mais les produits qu'elles développent confèrent à leur tour plus de confort et permettent de réduire les émissions, notamment dans la construction et le transport. Plus que jamais, les innovations de la chimie et des sciences de la vie sont essentielles au bien-être humain et à la protection de l’environnement. Le secteur est clairement un allié dans la transition vers une économie circulaire où les matériaux à la fin de leur cycle de vie retrouvent une nouvelle utilisation».

Economie circulaire
"Le gouvernement s’engage à contribuer à l’atteinte des Objectifs de développement durable des Nations Unies. Nous avons ainsi élaboré un plan d'action de 21 mesures concrètes pour amener notre pays sur le chemin de l’économie circulaire. A travers ce cinquième rapport de développement durable, essenscia illustre combien le secteur de la chimie, des matières plastiques et des sciences de la vie est non seulement un pilier de l'économie belge mais également un allié pour garantir un avenir durable grâce à ses nombreuses innovations.», commente Marie Christine Marghem, ministre de l'Énergie, de l’Environnement et du Développement durable.

Des ambitions claires
Le secteur exprime également des ambitions claires dans ce rapport. Le savoir est ainsi la matière première la plus importante pour continuer à innover. Attirer de jeunes talents à travers la promotion des études STEM (Science, Technology, Engineering, Mathematics) et l’enseignement en alternance demeure une priorité tout comme la nécessité d’investir dans des carrières durables afin de maintenir les collaborateurs actifs dans des fonctions de qualité à l’ère de la digitalisation. Le secteur de la chimie et des sciences de la vie souhaite également continuer à innover en mettant l'accent sur la sécurité maximale des consommateurs et un impact minimum sur l'environnement. Dans ce contexte, le secteur ambitionne de réaliser de nouvelles économies d'énergie et de permettre une transition vers une société bas carbone dans laquelle le CO2 n'est plus un gaz à effet de serre, mais une matière première à haute valeur ajoutée. En augmentant le niveau de recyclabilité, en dématérialisant et en recherchant des produits chimiques renouvelables, le secteur se veut un pionnier de l'économie circulaire.

Communiquer de manière plus transparente
Lors du lancement du rapport de développement durable, Valérie Swaen, professeur en responsabilité sociétale des entreprises à l'UCL, a également présenté les résultats d'une étude sur la perception des Belges sur la chimie et les sciences de la vie. L’enquête en ligne menée auprès de 963 personnes indique qu'une majorité de répondants considèrent que le secteur a un impact positif sur la qualité de vie de chacun. Les Belges estiment que la chimie et la pharmacie sont un puissant moteur de l'économie et créent de nombreux emplois. Sept sur dix d’entre eux trouvent le secteur très innovant, en particulier dans le domaine de la santé. Certains répondants se montrent cependant critiques quant à l'impact environnemental du secteur mais pensent que l’industrie de la chimie et des sciences de la vie prend ses responsabilités et développe les solutions pour relever les grands défis sociétaux.

"Selon notre étude, la chimie et les sciences de la vie sont considérées comme particulièrement utiles dans de nombreux aspects de notre vie quotidienne", déclare le professeur Valérie Swaen. "D'autre part, le Belge juge le secteur comme insuffisamment transparent. Cependant, l’on aime que ce que l’on connaît. En effet, plus les répondants connaissent la chimie, les matières plastiques et la pharmacie, plus ils sont positifs sur ce secteur. Dans l’enquête, les jeunes, qui se disent en moyenne plus informés, ont une image plus positive du secteur. En bref, si on veut encore mieux faire connaître les initiatives du secteur en matière de développement durable, il n’y a qu’une recette : communiquer ».

Rapport en ligne
Découvrez le rapport complet sur www.essensciaforsustainability.be

Plus d’info:
Corine Petry, head of communication, essenscia, tel. 02 238 99 12, GSM 0474 499 306, cpetry@essenscia.be
Gert Verreth, Communication Advisor essenscia, tel 02 238 97 86, GSM 0477 46 42 27, gverreth@essenscia.be



Download