essenscia weekly 24

26 | 06
International Trade Executive Programme
2013-2014


Les entreprises du secteur de la chimie, des matières plastiques et des sciences de la vie sont particulièrement actives sur les marchés internationaux. En 2012, la balance commerciale du secteur a enregistré un solde positif de 24 milliards d’euros. Ce résultat est non seulement impressionnant mais démontre également à quel point notre secteur est tourné vers l’international.

En partenariat avec l’International Business Institute, essenscia vous propose de participer à l’«International Trade Executive Programme», une formation de haut niveau. En cliquant ici, vous retrouverez l’ensemble des informations pratiques et les modalités d'inscription. En tant que membre d’essenscia, vous bénéficierez d’une réduction de 20% sur les droits d’inscription.

Nous vous recommandons particulièrement cette initiative en raison des nombreux échos positifs de l’édition 2012 et de la richesse du programme de cette année.

Yves VERSCHUEREN
Administrateur délégué
essenscia

Reach, CLP & Product policy
Le 20 juin 2013 la liste des «substances très préoccupantes » (SVHC) pouvant être prises en considération dans le cadre du processus  d'autorisation (liste candidates) a été étendue à 144 substances par l'inclusion de 6 substances. Cette inclusion  crée des obligations légales immédiates.
La liste candidate des substances très préoccupantes est adaptée deux fois par an. La liste a été étendue le 20 juin 2013 avec les 6 substances admissibles d’autorisation. La liste candidate contient actuellement 144 substances.

L'inclusion de substances dans la liste des substances candidates crée des obligations légales pour les entreprises fabriquant, important ou utilisant ces substances, qu'elles soient telles quelles ou contenues dans des préparations ou des articles.

Les producteurs et les importateurs des articles doivent notifier à l'ECHA les substances énumérées dans la liste des substances candidates qui sont présentes dans leurs articles si les deux conditions suivantes sont réunies :

  • La substance est présente dans les articles concernés dans une concentration poids/poids supérieure à 0,1 %.
  • La substance est présente dans ces articles dans des quantités atteignant au total plus d'une tonne par an.

Les entreprises doivent procéder à la notification dans un délai de moins de six mois après l'inclusion de la substance dans la liste candidate, donc avant le 20 décembre 2013.

La présence de la substance  sur la liste candidate signifie aussi que les obligations de communication s’appliquent tout au long de la chaîne:

  • Les fournisseurs des substances figurant sur la liste candidate ont l’obligation de fournir immédiatement à leurs clients une fiche de données de sécurité–  pour autant que cela ne soit pas déjà le cas.  
  • Les fournisseurs des mélanges qui ne sont pas classés dangereux mais qui contiennent une substance inscrite  dans la liste candidate à une concentration supérieur à 0,1 % (m/m), doivent fournir une fiche de données de sécurité à la demande de leur clients.  
  • Les fournisseurs d'articles contenant une substance incluse dans la liste des substances candidates dans une concentration supérieure à 0,1 % (m/m) doivent fournir aux destinataires de ces articles les informations dont ils disposent concernant l'utilisation en toute sécurité de cette substance  (au moins le nom de la substance en question)  aux destinataires. L'information doit être fournie automatiquement aux destinataires, c'est-à-dire dès que la substance est incluse dans la liste des substances candidates. Les informations dont dispose le fournisseur d'articles concernant l'utilisation en toute sécurité d'un article doivent également être communiquées aux consommateurs à la demande. Les consommateurs doivent disposer de ces informations à titre gratuit et dans les 45 jours de leur demande.

Comme prévu dans la législation REACH, la suite de la procédure déterminera  si et quand l'utilisation de ces substances doit être soumise à une autorisation supplémentaire (annexe XIV de REACH).  

La liste candidate :http://echa.europa.eu/web/guest/candidate-list-table
Obligations des nouvelles substances extrêmement préoccupantes enregistrées sur la liste candidate : http://echa.europa.eu/candidate-list-obligations
Notification de substances contenues dans des articles: http://echa.europa.eu/fr/support/dossier-submission-tools/reach-it/notifying-substances-in-articles

Plus d’info: Tine Cattoor, advisor product policy, tcattoor@essenscia.be, tel. 02/238 98 46

IUCLID is a free software that plays a central role in the IT environments of all organisations that have to cope with data submission requirements of REACH and other programmes (OECD HPV, EU Biocides etc.). FAQ regarding plug-ins and installation have been updated.
IUCLID (International Uniform ChemicaL Information Database) is a software application to capture, store, maintain and exchange data on intrinsic and hazard properties of chemical substances. It is a key software application essential for chemical industry to comply with legislation as REACH and Biocide Product Regulation.

The freely downloadable tool assists chemical companies globally in fulfilling their obligation to submit data to the European Chemicals Agency (ECHA).

Some FAQ on installation of IUCLID and plug-ins (eg CSR) have been added or updated on 17th of June.

More information : http://iuclid.eu/
Contact : Tine Cattoor, advisor Product Policy, tcattoor@essenscia.be

ECHA launched on 24 June a public consultation on its draft recommendation of six new substances to be included in the Authorisation List. Interested parties are invited to submit comments by 23 September 2013.
The European Chemicals Agency (ECHA) yearly recommends substances from the Candidate List for inclusion in the Authorisation List (Annex XIV of REACH) to the European Commission. Based on an assessment of the available information and initial consultation of the Member State Committee, ECHA currently plans to recommend the following substances:
  1. N,N-dimethylformamide (DMF)
  2. Diazene-1,2-dicarboxamide (C,C'-azodi(formamide)) (ADCA)
  3. Aluminosilicate Refractory Ceramic Fibres (Al-RCF)
  4. Zirconia Aluminosilicate Refractory Ceramic Fibres (Zr-RCF)
  5. Bis(pentabromophenyl) ether (decabromodiphenyl ether) (DecaBDE) 6. 4-(1,1,3,3-tetramethylbutyl)phenol, ethoxylated (4-tert-Octylphenol ethoxylates) (4-tert-OPnEO)

The recommendation also specifies the proposed conditions to the authorisation requirement for each substance. These conditions particularly include the latest application and sunset dates and any specific exemptions of uses from the authorisation requirement.

Using the webforms available on ECHA's website, interested parties are invited to comment on the draft recommendation before 23 September 2013.

The Agency takes into account the comments received when finalising its recommendation. The European Commission will eventually decide which of the substances from ECHA's recommendation to include in the Authorisation List and on the respective conditions applicable for each substance.

More information on the ECHA website

Contact: Tine Cattoor, advisor product policy, tcattoor@essenscia.be, tel. 02/238 98 46

Social policy
3-daagse essenscia opleiding – Vlerick Business School : “Onderhandelen als waardecreatie: maak het onmogelijke misschien toch mogelijk in sociaal overleg”
Bent u wel eens ontgoocheld in het resultaat van uw sociale onderhandelingen. Heeft u wel eens het gevoel uw vakbonden niet te kunnen overtuigen of dat het sociaal overleg vastloopt op cruciale topics voor de verdere ontwikkeling van uw onderneming en dat dit anders zou moeten kunnen…

essenscia en Vlerick Business School hebben daarom de handen in elkaar geslagen voor een exclusieve 3-daagse opleiding: “Onderhandelen als waardecreatie: maak het onmogelijke misschien toch mogelijk in sociaal overleg”.

Voor meer info en inschrijving, klik hier.

essenscia vlaanderen
Op dinsdag 1 oktober 2013 organiseert SYMBIOSE (info@smartsymbiose.be) in Zwijnaarde (bij Gent) haar derde afval- en nevenstromen valorisatie workshop. Deelnemers zijn organisaties die afval- of nevenstromen aanbieden, deze willen valoriseren of technologie daarvoor zoeken of aanbieden. Het aantal deelnemende organisaties is begrensd op 50.
SYMBIOSE realiseert in Vlaanderen een onafhankelijk orkestrerend matchmaking service platform voor alle resources (hulpbronnen), met belangrijkste focus op afval- en nevenstromen.

Op www.smartsymbiose.be vindt u meer informatie over SYMBIOSE.

Agenda en inschrijving : klik hier


SYMBIOSE organiseert haar derde afval- & nevenstromen valorisatie - workshop op
1 oktober bij Centexbel in Gent (technologiepark 7, 9052 Zwijnaarde). Er worden maximaal 50 organisaties toegelaten. We brengen tijdens de workshop organisaties met afval- & nevenstromen samen met bedrijven, deze willen valoriseren of technologie daarvoor zoeken of aanbieden. Meer informatie over de workshop: klik hier.

We zijn ervan overtuigd dat uw organisatie zal willen deelnemen aan deze of één van onze volgende workshops. Schrijf u in via het inschrijvingsformulier of contacteer ons voor meer informatie.  

Het SYMBIOSE-team
Carl Van der Auwera, gsm 0484 61 50 33 (cvanderauwera@essenscia.be of info@smartsymbiose.be)
Andy Vancauwenberghe, gsm 0471 39 50 60
Stephan Claes, gsm 0479 52 47 73
Dirk Van Deynse, gsm 0478 49 07 41

Process safety is a specific discipline within the organisation of a company. The level and quality of process safety management determines the success of the organization. Delta process academy aims, with this 4 days ‘Advanced Master Process Safety’, to provide professionals with a process safety course offering the essentials of process safety. The courses are taught by academics and specialists in their discipline. Within Delta Process Academy, latter on special courses will be organized. Each day you will acquire a specific topic about process safety.

Read more.
Process safety is a specific discipline within the organisation of a company. The level and quality of process safety management determines the success of the organization. Delta process academy aims, with this 4 days ‘Advanced Master Process Safety’, to provide professionals with a process safety course offering the essentials of process safety. The courses are taught by academics and specialists in their discipline. Each day, you will tackle a specific topic about process safety.

27/01-Day 1: Introduction to process safety
28/01-Day 2: Qualitative and Quantitative risk analysis
29/01-Day 3: Explosion Safety
30/01-Day 4: Competence in operation & Safety in unit operations

Place: Antwerp
Subscription fee: 2900 euro

For additional information, feel free to contact:
Michèle Celis (mcelis@essenscia.be) or Geert Boogaerts (gboogaerts@essenscia.be)
News from our companies
DANBURY, Connecticut - Schoten, Belgique, le 20 juin 2013 – Praxair, Inc., a annoncé son intention de construire sa seconde unité de séparation d’air et d’étendre son réseau de gazoducs dans le port d’Anvers, le deuxième complexe pétrochimique le plus important au monde, après Houston, au Texas. La nouvelle unité de production de 1300 tonnes par jour permettra à Praxair d’augmenter sa capacité en oxygène et azote dans le port et de développer son activité avec les clients dans le cadre de contrats à long terme, y compris des accords avec plusieurs sociétés internationales de premier plan. Le démarrage de l'usine de séparation d'air est prévue pour début 2016.
La nouvelle unité et l’expansion du réseau de gazoducs Praxair permettront de fournir de l'oxygène et de l'azote à la majorité des industries chimiques dans le port. La nouvelle installation va également être conçue de façon à produire de l'oxygène, de l’azote et de l’argon liquides pour approvisionner les clients dans l’industrie pharmaceutique, chimique, verrière, du ciment, de la métallurgie et de l’alimentation en Belgique et aux Pays-Bas.

« L’augmentation significative de la capacité installée et l’extension du réseau de gazoducs de Praxair dans le port d’Anvers nous permettront de répondre à la demande croissante en oxygène et en azote de nos clients et des clients potentiels dans le port », a déclaré Todd Skare, président de Praxair Europe. « Des ports intégrés comme Anvers sont restés compétitifs malgré la longue période de récession économique en Europe et nous sommes convaincus que le port va poursuivre sa croissance et attirer de nouveaux investissements importants dans le futur. »

« Les autorités du port d’Anvers se réjouissent du nouvel investissement de Praxair sur la rive droite de l’Escaut », a souligné Eddy Bruyninckx, Chief Executive Officer des autorités du port d’Anvers. « Nous avons toujours apprécié la présence de Praxair dans notre port, depuis plus de 45 ans. En outre, ce nouvel investissement va renforcer la position du port d’Anvers en tant que premier complexe chimique et pétrochimique en Europe et va améliorer la compétitivité des entreprises industrielles qui y sont établies. »

À propos de Praxair
Praxair est le premier fournisseur de gaz industriels en Amérique du Nord et du Sud et l’un des plus importants au monde avec des ventes qui ont avoisiné les 11 milliards de dollars en 2012. L’entreprise produit, vend et distribue des gaz atmosphériques, des gaz de process et des gaz spéciaux ainsi que des revêtements de surface de haute performance. Les produits, services et technologies de Praxair rendent notre planète plus productive en offrant une efficacité et des avantages environnementaux à un large éventail d’industries comme l’industrie aérospatiale, chimique, alimentaire, électronique, énergétique, des soins de santé, de la construction, de la métallurgie, etc.

Pour de plus amples informations sur Praxair, Inc., consultez le site internet
www.praxair.com.
Personne à contacter :
Mme. Heidi Geerinckx, Responsable de communication
Email: heidi_geerinckx@praxair.com
Tel : +32 (0)3 6418469
Cryotech Deicing Technology (USA) and Proviron (Belgium) have joined forces to introduce Cryotech’s aircraft deicing solutions to the European market. This will provide the European aviation industry with high quality deicing fluids renowned for their superior performance.
For over ten years Cryotech has manufactured Type I and Type IV propylene glycol based aircraft deicers/anti-icers with industry-leading performance and internationally recognized product quality.

Cryotech’s experienced research and development team continuously develops, introduces and enhances industry technology, ensuring products meet both industry standards and stringent environmental demands.

Cryotech Polar Plus® (80) Type I aircraft deicer is certified to AMS standard 1424 and formulated specifically for European use. It is a triazole free propylene glycol fluid that does not contain nonylphenol ethoxylate surfactants. Polar Plus® (80) can be diluted to desired temperature, making it an economical choice.

Cryotech Polar Guard® Advance Type IV aircraft deicer is certified to AMS standard 1428. Polar Guard® Advance exhibits low viscosity for easier handling, and has the lowest LOUT (Lowest Operational Use Temperature) in the industry.

This year, Cryotech and Proviron will introduce Cryotech Polar Guard® II, a Type II aircraft deicer. This fluid is certified to AMS standard 1428 and specifically designed for the European market. Polar Guard® II combines low viscosity and superior sprayability with good dry out properties and low environmental impact.

“Cryotech is a world leader in deicing technology.” said Keith Johnson, President and CEO of Cryotech Deicing Technology. “We strive to formulate superior products and provide exceptional service to customers, improving the foundation for the future. Partnering with Proviron allows us to carry this method beyond North America and into Europe. Proviron is an exceptional partner with extensive experience in deicing chemicals. Cryotech is pleased to broaden our partnership with Proviron in this new endeavor.”

Proviron will market and produce Cryotech’s full line of aircraft deicing fluids in Europe. Commercial volumes will be available for the 2013 - 2014 deicing season. For over 15 years, Proviron has successfully produced and marketed runway deicers in Europe and Asia. The addition of aircraft deicing fluids to the Proviron product portfolio is a new milestone for both Proviron and the European aviation industry.

Wim Michiels, CEO of Proviron, commented: “This partnership is a perfect match with our mission to be a global supplier of renewable and sustainable solutions for specialty market challenges. Cryotech, having developed industry leading aircraft deicing fluids, is our preferred partner to further expand our deicer business unit. Manufacturing and supplying both runway and aircraft deicing fluids with the strong focus on customer service and flexibility will strengthen Proviron’s position as one of the leading companies in the European deicing business. We are convinced this newly added deicing technology fits well with our area of chemical expertise and will create a win-win-win for Proviron, Cryotech and the European aviation industry.”

Bayer MaterialScience et ThyssenKrupp annoncent le lancement mondial d’une nouvelle technologie pour la production de chlore qui nécessite beaucoup moins d’électricité.

Lisez l'article

Le nouveau procédé consomme jusqu’à 30 % d’énergie en moins que les procédés de fabrication traditionnels. Cette innovation est un grand pas en avant pour l’industrie chimique, qui emploie aujourd’hui le chlore pour deux tiers de ses produits, dont le plastique, les médicaments et les produits phytopharmaceutiques. 
 
La nouvelle technologie ODC (cathodes dépolarisées à oxygène) est basée sur la technologie classique des membranes utilisée aujourd’hui pour l’électrolyse chlore-soude. L’innovation réside dans l’utilisation d’une cathode dépolarisée avec de l’oxygène en remplacement de l’électrode habituelle pour la production d’hydrogène. Au cours de ce procédé, la production d’hydrogène est réprimée, ce qui résulte en une diminution de 30 % de la consommation d’électricité.
 
La commercialisation de cette technologie a été précédée d’une période de test industriel de deux ans. ThyssenKrupp Uhde / UHDENORA s’occupera du marketing global, tandis que Bayer MaterialScience fournira la cathode dépolarisée avec de l’oxygène.
 
Dr Tony Van Osselaer, membre du conseil d’administration de Bayer MaterialScience, explique le potentiel de la technologie ODC : « Si cette technologie était utilisée partout en Allemagne, on réduirait les besoins totaux en électricité de 1 %, soit la consommation d’énergie d’une grande ville comme Cologne. Sans compter l’effet positif sur le climat, étant donné que les émissions de CO2 induites par la production d’électricité diminueraient également d’un tiers. »
 
L’industrie du chlore se montre déjà très intéressée par cette nouvelle technologie et les économies en matière d’énergie et de coûts qu’elle permet de faire.
 
Vous trouverez de plus amples informations à propos de cette nouvelle technologie dans le communiqué de presse (anglais) ci-joint.
News from our partners
Le scientifique belge Marc Van Montagu (°1933) se voit décerner, avec les scientifiques américains Mary-Dell Chilton et Robert T. Fraley, le « World Food Prize 2013 ». L’annonce a été faite mercredi à Washington D.C. par le secrétaire d’État américain, John Kerry. Le Prix Mondial de l’Alimentation, appelé par certains le « Prix Nobel de l’Alimentation et de l’Agriculture », couronne chaque année un ou plusieurs chercheurs dont les efforts se révèlent d’une importance capitale pour la société sur le plan de la qualité, quantité, ou disponibilité des produits alimentaires. C’est la première fois qu’un belge reçoit cette prestigieuse récompense.
Selon Kenneth M. Quinn, Président de la Fondation World Food Prize : « Marc Van Montagu et les Américains Mary-Dell Chilton et Robert T.  Fraley reçoivent ce prix pour leurs découvertes individuelles et indépendantes de pionniers de la biotechnologie verte moderne, et pour leurs contributions au développement et à l’application de celle-ci. C’est grâce aux travaux de ces scientifiques que les agriculteurs peuvent désormais cultiver des plantes résistantes aux insectes et tolérantes à certains herbicides. Cette technologie OGM permet également d’augmenter la diversité des plantes cultivées, d’accroître leur rendement, ou encore de les rendre naturellement résistantes à certaines maladies. Par ailleurs, grâce à cette technologie, il est possible de développer à court terme de nouvelles variétés adaptées aux environnements défavorables, notamment aux conditions extrêmes de sécheresse ou de température ».

Les noms des trois lauréats viennent tout juste d’être rendus publics. La remise du prix, qui s’accompagne d’un montant de 250 000 US dollars à partager cette année entre les trois lauréats, aura lieu le 17 octobre prochain au cours d’une cérémonie prestigieuse tenue en Iowa, Etats-Unis. 

Pour Marc Van Montagu, ce prix constitue non seulement une marque de reconnaissance pour sa contribution à l’agriculture moderne, mais également un premier pas vers l’acceptation de la technologie OGM en tant que partie intégrante d’une production durable des denrées alimentaires.

Comme l’explique Marc Van Montagu : « Le World Food Prize récompense les avancées considérées comme extrêmement importantes pour la société. Je suis donc très honoré de pouvoir recevoir ce prix. Pour moi, le choix des lauréats souligne l’importance de la technologie OGM pour la production durable de denrées alimentaires. Quoique très honoré, je reste toutefois conscient du fait qu’il y a encore beaucoup à faire pour que cette technologie soit totalement acceptée, et qu’ainsi des plantes moins courantes puissent également être cultivées, de même que certaines variétés essentielles pour la sécurité alimentaire des petits paysans des pays moins développés. J’espère que cette marque de reconnaissance encourage l’Europe à prendre conscience des avantages de cette technologie et à l’autoriser. C’est une condition essentielle pour que l’utilisation des plantes transgéniques soit acceptée dans le monde entier ». Marc Van Montagu est l’ancien directeur du VIB Department of Plant Systems Biology, UGent. Il est actuellement conseiller scientifique de l’Institut VIB, ainsi que directeur de l’Institute of Plant Biotechnology Outreach (IPBO). 

Kenneth M. Quinn, Président de la Fondation World Food Prize, poursuit : « Sur base de la découverte scientifique de la structure en double hélice de l’ADN par Watson et Crick en 1953, Van Montagu, Chilton, et Fraley ont chacun mené à bien des recherches moléculaires d’avant-garde visant à utiliser une bactérie des plantes en tant que vecteur permettant d’introduire des gènes dans des cellules végétales et, ainsi, de créer des plantes génétiquement modifiées dotées de caractéristiques favorables. Grâce à ces recherches, 17,3 millions d’agriculteurs cultivent aujourd’hui des plantes modifiées sur 170 millions d’hectares. Plus de 90 % de ceux-ci sont des petits paysans démunis dans des pays en voie de développement. »

Selon les estimations de l’Organisation des Nations Unies pour l‘Alimentation et l’Agriculture (FAO), la population mondiale devrait atteindre 9 milliards d’individus en 2050. Aujourd’hui même, 870 millions de personnes, c.à.d. 1 personne sur 8 dans le monde, souffrent de la faim. Les découvertes scientifiques devront donc jouer un rôle primordial pour relever le défi du 21e siècle : augmenter de façon durable la production de denrées alimentaires dans le monde. Et Kenneth M. Quinn de conclure : « Grâce à leurs travaux, depuis la recherche fondamentale en laboratoire jusqu’aux innovations biotechnologiques appliquées en plein champ, les lauréats du World Food Prize 2013 ont contribué de façon significative à l’augmentation de la quantité et de la disponibilité des aliments. »

Parmi les précédents lauréats du World Food Prize, on trouve notamment les anciens candidats à l’élection présidentielle Bob Dole et George McGovern. En 2011, le prix avait été attribué à John Agyekum Kufuor, Président du Ghana, et à Luiz Inacio Lula da Silva, Président du Brésil, pour leurs actions en faveur de la défense des paysans démunis. En 2012, le scientifique israélien Daniel Hillel avait été récompensé pour sa technique de micro-irrigation qui a permis d’augmenter les rendements agricoles en Israël.

Le récit de la percée gantoise

Vers la fin des années 70, les équipes de recherche des professeurs Jeff Schell et Marc Van Montagu, à l’Université de Gand, travaillaient sur Agrobacterium tumefaciens, une bactérie vivant dans le sol. Les scientifiques ont observé que, lorsque cette bactérie infecte les plantes dans la nature, elle intègre un petit morceau de son propre matériel génétique dans l’ADN de la plante. Vu que le morceau d’ADN transféré se trouvait sur un plasmide, celui-ci a été baptisé « Ti-plasmide » (l’abréviation en anglais de « plasmide induisant une tumeur »). L’ADN intégré dans le génome de la plante force les cellules à se diviser de façon anarchique et à produire des substances pouvant servir d’aliments aux bactéries. Autrement dit, la bactérie oblige la plante à produire sa nourriture. Les professeurs Jeff Schell et Marc Van Montagu ont immédiatement compris qu’ils avaient découvert un vecteur permettant de modifier génétiquement les plantes. En remplaçant le morceau d’ADN bactérien normalement introduit dans la plante par un autre morceau d’ADN, il devenait possible de conférer une nouvelle propriété à la plante. En janvier 1983 (il y a donc 30 ans de cela), ils ont présenté la première plante génétiquement modifiée, une variété de tabac, lors d’un congrès scientifique tenu en Floride (USA). Le laboratoire gantois n’était toutefois pas le seul. Une équipe de chercheurs de l’Université de Washington (Mary-Dell Chilton) ainsi que des scientifiques de Monsanto (Robert T. Fraley) avaient également réussi à utiliser le système Agrobacterium (sur base des découvertes de Jeff Schell et Marc Van Montagu) pour créer des plantes génétiquement modifiées dotées de propriétés favorables. Aujourd’hui, ces scientifiques sont récompensés tous ensemble grâce au World Food Prize.

Le travail de Van Montagu a été à l’origine de la création de deux entreprises de biotechnologie flamandes : Plant Genetic Systems (faisant désormais partie de Bayer CropScience, fondé en 1982), connue pour son travail de pionnier dans le domaine des plantes résistantes aux insectes et tolérantes aux herbicides, et CropDesign (faisant désormais partie de BASF), fondée en 1998 par l’institut VIB et connue pour son utilisation du riz comme modèle servant à identifier des gènes capables d’accroître le rendement de cultures comme le maïs, le blé et le riz.

L’impact de la biotechnologie verte

Selon les données 2012 publiées dans le rapport 2013 de l’ISAAA (« International Service for the Acquisition of Agri-biotech Applications »), 16 ans après le lancement des cultures OGM, près de 170,3 millions d’hectares ont été semés avec des plantes OGM dans quelques 30 pays de par le monde. En Europe, la superficie totale n’était toutefois que de 0,13 millions d’hectares dans 5 pays.

En 2012, pour la première fois depuis l’introduction des cultures OGM, la superficie OGM totale dans les pays en voie de développement et les économies émergentes a dépassé celle des pays industrialisés. Cette évolution a pour effet de renforcer la sécurité alimentaire et de réduire le niveau de pauvreté dans quelques-unes des régions les plus fragiles du monde.

Pose de la première pierre pour la Plateforme Wallonne de Thérapie Cellulaire à Gosselies. La plateforme, constituée grâce à un partenariat public-privé, va permettre la production à grande échelle de médicaments de thérapie cellulaire. Côté public, elle est soutenue par la Région wallonne et Sambrinvest, qui contribuent ainsi à la pleine reconversion industrielle de la région. Côté privé, les sociétés de thérapie cellulaire Promethera Biosciences et Bone Therapeutics investissent pour y produire leurs médicaments à partir de 2015.

Lisez la suite.
La plateforme, unique en son genre, dote ainsi la Wallonie d’un nouveau pôle de haute technologie particulièrement innovant, afin de répondre aux besoins de croissance des sociétés de thérapie cellulaire qui connaissent un essor croissant en Belgique.

La thérapie cellulaire : secteur d’avenir de la Wallonie

Les travaux qui viennent de débuter sur le site de l’Aéropôle de Gosselies ont pour objectif la construction d’une nouvelle Plateforme Wallonne de Thérapie Cellulaire. L’investissement total atteint 20 millions d’euros, dans le cadre d’un partenariat public-privé. Monsieur J.-C. Marcourt, Vice-Président, Ministre de l’Economie, des PME, du Commerce extérieur, des Technologies nouvelles et de l’Enseignement supérieur de la Région wallonne: « La Région wallonne, via le Plan Marshall et le pôle de compétitivité BioWin, a déjà fortement investi dans la création et le soutien à l’innovation d’entreprises actives dans la thérapie cellulaire. Ce sont plus de 40 millions d’euros de financement qui ont été consacrés à ce secteur depuis 2005. Une nouvelle étape est aujourd’hui franchie, par la concrétisation d’un partenariat public-privé en vue de construire une plateforme dédiée à cette discipline».

Côté public, sont présents la Région wallonne, Sofipôle et Sambrinvest. Côté privé, deux sociétés de thérapie cellulaire investissent et s’implanteront sur le site qui sera opérationnel dès 2015 : Bone Therapeutics et Promethera Biosciences.
Une centaine de nouveaux emplois directs et plus de 200 emplois indirects (sous-traitants) seront ainsi créés dans les deux années à venir. Cette plateforme constitue également un élément favorable et indispensable au développement national et international de ces deux jeunes sociétés innovantes. A terme, d’autres sociétés de thérapie cellulaire pourront s’implanter sur le site et intégrer la plateforme.

Une structure créée pour rencontrer des besoins spécifiques

La construction et la gestion de la nouvelle plateforme sont réalisées sous la responsabilité de la Société d’Infrastructures, de Services et d’Energies (SISE) qui fournira les locaux et services communs pour toutes les sociétés implantées : fourniture d’énergie, eau, logistique et infrastructures.

Les deux premières sociétés à utiliser la plateforme seront Bone Therapeutics, spécialisée dans le traitement des maladies osseuses, et Promethera Biosciences, spécialisée dans le traitement de maladies du foie.

« Près de 2000 m² de salles blanches pour la production et 1300 m² de locaux pour le contrôle qualité et la recherche, ‘state of the art’, seront ainsi construits. Ces infrastructures permettront de produire plus de 5000 lots de médicaments par an à capacité maximale », selon Anne Prignon, Présidente de SISE.
« Ce projet répond parfaitement à nos besoins et rencontre la stratégie de Bone Therapeutics pour développer et commercialiser notre produit phare PREOB® » affirme Enrico Bastianelli, CEO de Bone Therapeutics. « Nous en sommes maintenant à un stade où notre capacité de production doit augmenter à l’échelle industrielle et nous aspirons à installer l’entièreté de nos opérations dans ces locaux à la pointe de la technologie».
«Nous sommes ravis de participer à ce projet rendu possible par la Région wallonne qui nous soutient depuis le début », déclare Eric Halioua, CEO de Promethera Biosciences, «Ce partenariat nous permet de mutualiser les moyens et augmenter l’efficience tout en respectant le savoir-faire et la propriété intellectuelle de chaque entreprise».

Un pôle d’attraction pour catalyser l’implantation de sociétés de thérapie cellulaire
L’originalité du projet réside également dans son adaptabilité et son potentiel d’évolution. La plateforme est en effet conçue pour pouvoir s’étendre et accueillir davantage de sociétés de thérapie cellulaire.

« Nous aimerions souligner que cette initiative permettra de développer encore plus de capacités de recherche en thérapie cellulaire en Wallonie qui est effectivement déjà bien à la pointe dans le domaine», explique Jean-Marc Nollet, Vice-Président et Ministre du Développement Durable, de la Fonction publique, de l’Energie, du Logement et de la Recherche en Région wallonne. « Elle permettra à de nouvelles entreprises d’émerger dans ce secteur car elles pourront avoir recours aux services et infrastructures mis à leur disposition par cette plateforme » conclut-il.

Contacts Presse, pour plus d’informations :
Plateforme Wallonne de Thérapie Cellulaire:
Christiane Verhaegen, Administrateur, SISE - Tel : +32(0)2 529 58 25
christiane.verhaegen@sise.be
Bone Therapeutics : Enrico Bastianelli, CEO
Tel : +32(0)2 529 59 90 - info@bonetherapeutics.com
Promethera Biosciences: Frédérique Ramon
Tel: +32(0)10 394 300 - frederique.ramon@promethera.com

2013 2014 2015 2016 2017